Articles internet Juillet-Août-Septembre 2010

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Articles internet Juillet-Août-Septembre 2010

Message par Janis le Dim 11 Juil - 12:52

Un article sur les Déferlantes d'Argelès sur Mer du 09 juillet à voir ICI. Seul le dernier paragraphe parle de Renan.


Dernière édition par Janis le Jeu 13 Mar - 21:35, édité 1 fois

_________________

Photos par Le Hiboo
avatar
Janis
Admin

Messages : 1587
Date d'inscription : 07/11/2009
Age : 29
Localisation : Aube (10)

Voir le profil de l'utilisateur http://renanluce-leforum.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Articles internet Juillet-Août-Septembre 2010

Message par Janis le Mer 14 Juil - 18:19

Sur nordeclair.fr:

Renan Luce réveille le Val de Souchez
Publié le mercredi 14 juillet 2010 à 06h00

Renaud Luce était incontestablement la star du festival de Liévin, hier soir. Mais Jef Kino, les Mauvaises Langues et Revolver sont parvenus à tirer leur épingle du jeu.

CÉLINE DEBETTE >
C'est sous un ciel incertain que Jef Kino ouvre le bal devant un parterre clairsemé. Pour certains, le régional de l'étape est une jolie découverte. « C'est la première fois que je l'entends, avoue Kelly, 15 ans. C'est pas mal du tout ! » Le petit Romain, quant à lui, connaît bien le chanteur. « Il est venu dans ma classe de CM2 à l'école La Fontaine de Liévin pour nous apprendre à écrire des chansons. Du coup, j'avais envie de le voir jouer. » Jacques, son papa, n'est pas mécontent de s'être laissé embarquer dans l'aventure. « C'est de la bonne chanson française et puis c'est important de valoriser les groupes du coin ». Laure partage son point de vue. Elle a fait le chemin de Marquette-lez-Lille pour applaudir Les Mauvaises Langues. « Mais j'apprécie aussi les autres têtes d'affiche », lâche la jeune femme quelques minutes avant que Revolver ne fasse son entrée sur scène. Les rangs dispersés de spectateurs se resserrent peu à peu. Pourtant, le quatuor peine à enflammer la foule. Même leur tube radiophonique Get Around Town ne suffit pas à éveiller l'enthousiasme du public.
Si Revolver a raté sa cible, Renan Luce, lui, a tiré en plein dans le mille. Il faut dire que le chouchou de ses dames était attendu de pied ferme.
Béatrice, 47 ans, et Chloé, 14 ans, sont arrivées à 16 h, soit une heure avant le début des festivités « pour être sûres d'être aux premières loges ». Difficile de déterminer laquelle des deux est la plus mordue. « Il est quand même mignon », sourit la maman. Le beau gosse de la chanson française est incontestablement la star de la soirée. Le premier couplet des Voisines à peine entonné, une armée de flashes crépite dans la foule, des bras se lèvent, des corps se déhanchent. Le petit prodige est parvenu à réchauffer l'atmosphère du parc liévinois. Contraint et forcé de suivre sa compagne, Patrice se laisse finalement contaminer par la fièvre ambiante. « C'est vrai qu'il est pas mauvais le bougre ! »w

Source

[Renaud Luce Laughing]


Sur levoixdunord:

[EN IMAGES] Hier soir, les trois coups du 14 Juillet
mercredi 14.07.2010, 05:10 - PAR LAURENT DECOTTE, AVEC VIRGINIE CARTON



Dans le public, beaucoup de jeunes, souvent venus avec leurs parents. Si les premiers se sont pressés au pied de la scène pour applaudir Revolver. Renan Luce a su ensuite conquérir tout l'auditoire. PHOTOS DELPHINE PINEAU

Le 14 Juillet se conjugue traditionnellement avec feu d'artifice, défilé militaire et... concert gratuit de vedettes. Sur ce dernier point, voilà plusieurs années que Liévin s'inscrit comme la ville de la région où il faut être, où l'on déploie moyens et ambition. Calogero et Garou ont drainé entre 10 000 et 20 000 personnes en 2008 et 2009. Hier soir, Revolver et Renan Luce ont partagé l'affiche d'un spectacle populaire de qualité.

À l'heure où Renan Luce s'est Repenti, Zouk Machine en terminait à Saint-Martin-au-Laert, Émile et Images à Haubourdin, Chantal Goya à Wavrin et quelques ex-ex-ex de la Star Ac un peu partout dans la région. Comme à chaque 14 Juillet, la plupart des mairies piochent un nom (plus ou moins has been d'ailleurs) sur une liste en prenant garde de ne pas l'avoir fait les deux-trois années qui précédaient.
« Je pense qu'on peut faire populaire autrement », revendique Hassan Amrani, directeur du centre culturel Arc-en-Ciel qui offre des concerts de chansons toute l'année et à qui la mairie de Liévin a confié pour la première fois la programmation de la soirée du 13 juillet. « Il faut arrêter de croire que les gens n'ont pas la capacité de découvrir autre chose, même si Renan Luce n'est pas vraiment une découverte. Je me souviens qu'à Roubaix, où j'ai grandi, il y avait, comme ça, des concerts gratuits. Le seul qui m'ait marqué, c'est Michel Polnareff. Populaire, mais il y avait quelque chose de fort. » Avec ce bémol qu'il a fallu à Liévin débourser un peu plus pour ce plateau - « autour de 80 000 euros pour les seuls cachets artistiques », selon Olivier Pierru, directeur des services techniques de la ville - que pour un quelconque chanteur sur bande ou même un Michel Fugain ou une Julie Zenatti (qui ont demandé entre 25 000 et 30 000 euros pour respectivement jouer à Marcq-en-Baroeul et à La Madeleine).

« Du haut niveau »
Sur le site liévinois du Val de Souchez, hier soir, le public remarque la qualité de ce qui est proposé. « Ici, c'est du haut niveau, c'est exceptionnel par rapport à ailleurs », se réjouissent Sophie et Lionel, la quarantaine, venus spécialement d'Isbergues. Renan Luce, c'est typiquement l'artiste qu'ils auraient pu payer pour voir en concert. Quand Nicolas et Isabelle ont spécialement fait la route de Busigny, dans le Cambrésis. « En plus, ça tombe bien, notre fille de 17 ans, qui est plus rock, est fan de Revolver. »
Ils sont venus en famille, comme beaucoup. Nombreux à pique-niquer au soleil. Les plus jeunes sont amassés au premier rang et crient comme devant les Beatles. Il faut dire que la pop de chambre de Revolver, nommé aux dernières Victoires de la musique, sonne largement comme celle des quatre de Liverpool. Enfin arrive Renan Luce et ses Voisins Voisines. Une heure trente de concert. Un enthousiasme public. Une réussite. Avant, évidemment, un feu d'artifice. Quand, du côté de la commune, on nourrit des ambitions. « Rien n'est fait, mais on aimerait organiser un festival, sur trois jours, toujours gratuit, toujours autour du 14 Juillet. Aujourd'hui Guy Marseguerra, patron de Verone Production, est venu nous voir. L'endroit - un ancien site minier - est superbe, ça nourrit des idées », lâche Olivier Pierru. Avec les Nuits Secrètes à Aulnoye-Aymeries ou La Voix du Rock à Tourcoing, les concerts gratuits semblent prendre une nouvelle tonalité dans la région. Populaires, audacieux et de qualité. •

Source

Sur lievin-infos.com:

Un public acquis à Renan Luce!


Les festivités du 14 juillet riment traditionnellement avec feu d’artifice. Rares sont les communes qui offrent dans la région un concert gratuit. Et si généralement les artistes proposés dans ce genre de spectacle sont souvent synonymes de "populaires" (pour être politiquement correct), Liévin a décidé de miser sur la nouvelle scène française, en invitant sur scène le groupe Revolver et Renan Luce. Le Val de Souchez a été ce mardi soir le théâtre verdoyant d'un spectacle de qualité. « Je pense qu'on peut faire du populaire autrement », revendique Hassan Amrani, le directeur du centre culturel Arc-en-Ciel, à qui la programmation de ce rendez-vous musical avait été confiée par la ville de Liévin pour la première fois. Le pari semble gagné puisque le public a répondu présent, avec plus de 15000 personnes. Et lorsqu'on discutait avec les spectateurs, tous se réjouissaient de la qualité de la prestation offerte. Pour une première, ce fut donc un coup de maître.


Renan Luce brise la glace


[Je n'ai pas copié le début de l'article]

Mais vers 21 H 45, la pelouse a vu déferler une foule semblant venir de nulle part, groupies de tous âges mais aussi des familles, tel un miracle et surtout un grand soulagement pour les organisateurs. Massés devant la scène, les fans attendaient leur idole : l’une des révélations de la chanson française de ces dernières années, Renan Luce. Dès le premier couplet des Voisines, la glace était rompue. Le jeune chanteur a su communier avec la foule immense qui avait envahi le Val de Souchez, en alternant chansons rythmées et balades, le tout accompagnées d’un véritable spectacle de jeux de lumières. Des personnages animés étaient projetés sur le fond de la scène. Renan Luce a même offert au public artésien quelques morceaux en acoustique, accompagné juste d'une guitare, avant de terminer sur une reprise des années 60 de France Gall : Laisse tomber les filles.
A l’image des nombreuses groupies, Claire et Louise, jeunes ardennoises venues en groupe et en famille entendre leur idole, étaient au comble de l’excitation : « nous sommes arrivées à 16 H pour être au premier rang, c’est génial, nous serons aussi à Calais la semaine prochaine ». Elles sont reparties sans voix de Liévin, après avoir accompagné le chanteur tout au long du concert, connaissant par cœur les paroles des chansons. Un magnifique feu d’artifice, déclenché dès la sortie de scène de Renan Luce, a conclu cette belle soirée, illuminant le ciel liévinois d’un arc-en-ciel de couleurs. S’il était une preuve de l’engouement du public pour ces festivités, il fallait juste voir la marée humaine et les kilomètres de bouchon à la sortie du spectacle.

Ce genre de manifestation a cependant un coût : cette année, ce sont près de 80000 euros qui auront été nécessaires, rien que pour le cachet des artistes présents (trois fois plus qu'un artiste plus habituel un 14 juillet dans d'autres communes). C'est toutefois le prix à payer pour assurer la réputation d'un festival qui à terme pourrait s'étaler sur plusieurs jours, tout en restant gratuit pour son public...

Rencontre avec Renan Luce


Juste après être descendu de scène, avoir assisté au feu d’artifice tiré juste après la dernière note du concert, Renan Luce nous a accordé gentiment quelques minutes avant de reprendre la route pour la suite de sa tournée qui le mène aux quatre coins de la France. Pour l’anecdote, nous lui avons appris qu’il serait à nouveau chez nous la semaine prochaine dans le cadre du festival de la côte d’opale (le 21 juillet à la Calypso de Calais) !

Liévin Infos : Comment s’est passé votre concert ?

Renan Luce : « Très bien, j’ai été très surpris par le nombre de personnes présentes, je ne pensais voir autant de monde. Je suis content car le public était très réceptif, il était très enthousiaste. »

L.I. : Vous êtes plus habitué aux salles intimistes qu’aux concerts en plein air, qu’est ce que cela change pour vous ?

R.L. : « C’est vrai que je ne fais que 3 à 4 concerts par an en plein air mais j’aime bien. C’est toujours un peu l’esprit festival. Ce qui est intéressant aussi, c’est que le concert soit gratuit pour le public. Cela permet à des gens qui n’auraient pas pu pour des raisons financières ou logistiques d’y assister et de découvrir de nouveaux artistes ce qui est très bien pour la culture. »

Après cette courte entrevue, Renan Luce s’est prêté de bonne grâce à une séance de dédicaces et de photos souvenirs, en y prenant manifestement beaucoup de plaisir.

Source

_________________

Photos par Le Hiboo
avatar
Janis
Admin

Messages : 1587
Date d'inscription : 07/11/2009
Age : 29
Localisation : Aube (10)

Voir le profil de l'utilisateur http://renanluce-leforum.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Articles internet Juillet-Août-Septembre 2010

Message par Dom le Mer 14 Juil - 18:42

Merci pour ces articles, où qu'il soit Renan déclenche l'enthousiasme du public, ça fait plaisir !!
Mais pourquoi par deux fois dans deux articles différents, insister sur le coût du cachet des artistes. On sait bien qu'il ne se produisent pas pour rien, et on s'en fiche (enfin moi je m'en fiche)... S'ils veulent des artistes qui drainent les foules, cela a un coût.
avatar
Dom

Messages : 456
Date d'inscription : 11/11/2009
Age : 56
Localisation : 10

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Articles internet Juillet-Août-Septembre 2010

Message par Baptiste le Jeu 15 Juil - 20:42

Merci pour ces articles !
Je suis d'accord avec Dom, pourquoi toujours parler d'argent, on sait bien qu'ils sont payer, il faut bien qu'ils vivent !
avatar
Baptiste

Messages : 297
Date d'inscription : 01/03/2010
Age : 30
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur http://renanluce.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Articles internet Juillet-Août-Septembre 2010

Message par Agnès le Ven 16 Juil - 11:38

Vu das l'Yonne.fr

Pour Renan Luce, la musique est un jeu d'enfant

En quelques tubes, La lettre,Les Voisines ou encore Repenti, Renan Luce s'est déjà fait une belle place au soleil. Brève rencontre, à la veille du concert qu'il donne ce vendredi soir Aux Zarbs.
Il a fêté ses 30 ans en mars dernier et s'est déjà fait un nom, en deux albums (Repenti et Le clan des miros) et autant de Victoires de la musique.

Où puisez-vous votre inspiration ?
J'ai toujours aimé inventer des mélodies, des histoires... Ça remonte à l'enfance. Ma mère était institutrice, et j'ai découvert le chant dès la maternelle. La musique, c'est venu naturellement...

Quelles sont vos principales influences ?
Elles sont très disparates. Je suis un grand fan des Beatles ou des Doors, par exemple, mais j'ai surtout beaucoup écouté Brassens, Nougaro, Trénet? Et puis plus tard Thomas Fersen, Dominique A ou Noir Désir.

Vos textes paraissent à la fois fluides et ciselés. Vous êtes du genre à écrire facilement ?
Non, je ne suis pas quelqu'un de très prolixe. Je prends souvent beaucoup de temps. J'écris un couplet, un refrain, et je les abandonne pendant quelques mois, avant de les reprendre...

La scène, les festivals, ça vous apporte autant de plaisir que d'inventer des histoires ?
Rencontrer le public, vivre en équipe, c'est quelque chose que j'adore. Je fais des tournées très longues, mais ce sont des moments privilégiés. Sur scène, les chansons vivent différemment. Les festivals, c'est encore un autre challenge, car les gens ne vous connaissent pas forcément. Mais ça donne encore plus d'énergie !

Vous partagez la vie de Lolita Séchan, la fille de Renaud. Envisagez-vous de travailler avec lui, un jour ?
Ce n'est pas d'actualité. Il y a une certaine pudeur entre nous, on est dans des relations familiales...

Des projets de nouvel album ?
Je suis en train de m'aménager un studio, chez moi, mais ce ne sera pas avant 2011. D'ici là, j'ai beaucoup de concerts qui m'attendent !

Christophe Pacalet
avatar
Agnès

Messages : 634
Date d'inscription : 11/11/2009
Localisation : Région parisienne

Voir le profil de l'utilisateur http://deluz-doubs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Articles internet Juillet-Août-Septembre 2010

Message par Dom le Ven 16 Juil - 11:50

Merci Agnès pour l'interview, j'avais pensé aller à ce festival mais l'entrée est vraiment trop chère.
avatar
Dom

Messages : 456
Date d'inscription : 11/11/2009
Age : 56
Localisation : 10

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Articles internet Juillet-Août-Septembre 2010

Message par Janis le Sam 17 Juil - 12:21

Première nuit d'ivresse musicale
AUXERRE
Musique
samedi 17 juillet 2010


Le récit de la première soirée d'Aux Zarbs 2010 et le concert de Renan Luce en images,c'est ici.

Renan Luce, poète, rockeur et un peu magicien

Renan Luce était très attendu. Les fans n'auront pas été déçus. Tour à tour poète, rockeur et un peu magicien, il a tout donné. Ses tripes, son sourire et sa musique. Des mélodies pour chanter les choses de la vie, les drôles et les moins drôles. Un quotidien lunaire, où les étoiles brillent et où l'âme « ne voit rien venir ». « Je vois que le soleil décline, a-t-il conclu. Il est temps de se dire bonne nuit. Je voulais vous souhaiter de faire de beaux rêves », a-t-il lancé, oubliant que John Butler et Eiffel piaffaient derrière.

Christophe Pacalet

Source

_________________

Photos par Le Hiboo
avatar
Janis
Admin

Messages : 1587
Date d'inscription : 07/11/2009
Age : 29
Localisation : Aube (10)

Voir le profil de l'utilisateur http://renanluce-leforum.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Articles internet Juillet-Août-Septembre 2010

Message par Cécile le Sam 17 Juil - 18:27

Joli =)
avatar
Cécile

Messages : 560
Date d'inscription : 07/11/2009
Age : 32
Localisation : Parigné l'Evêque (72)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Articles internet Juillet-Août-Septembre 2010

Message par Janis le Mar 20 Juil - 8:39

Invitée au festival des Voix du Gaou avec Ysaé, Tom Frager et Renan Luce, Clarika a surclassé tout ce petit monde dans la pinède, malgré les cigales.

Un festival sur une île : en créant en 1997 les Voix du Gaou, la ville de Six-Fours (Var) n’a certes pas inventé l’eau chaude, mais elle a su donner, au fil du temps, un cachet unique à ce qui est devenu le principal festival méditerranéen en France. En 2010, les deux scènes de l’île du Gaou accueillent ainsi Simple Minds, Pete Doherty, Bob Sinclar, -M- ou encore Christophe Maé et Roger Hodgson. Le dimanche 18 juillet, pour la deuxième soirée de cette édition, Renan Luce, Tom Frager et Clarika se partageaient la petite scène située sous la pinède, devant un bon millier de spectateurs.

Mais tout d’abord, il faut raconter l’accès à l’île. Orientés vers un parking par une armada de policiers municipaux (un service visiblement richement doté à Six-Fours), les festivaliers finissent à pied le long de la lagune du Brusc et des villas à sept chiffres. Avant d’emprunter la passerelle qui conduit à l’île, il faut se débarrasser des bouteilles d’eau de plus d’un demi-litre et enlever les bouchons des autres. Le souci de sécurité rejoint celui, plus mercantile, d’assurer de bonnes rentrées à la buvette installée face à la scène.

D’entrée, alors que le soleil est encore haut et que la fraîcheur du soir se fait attendre, l’ambiance musicale est assurée par les cigales, ces sortes de vuvuzelas locales et heureusement éphémères. En première partie, Ysaé offre un slam assez proche de celui de Grand Corps Malade, accompagné par Mister Lips, champion du monde de human beat box, autrement dit capable d’accompagner à la batterie uniquement avec la bouche.

Le plein air et la lumière du jour ne rend pas justice à Clarika, dont le travail sur le décor et les éclairages sont tout à fait remarquables. Peu importe : même devant un public en train de s’installer et loin d’être gagné d’avance (beaucoup sont là pour Tom Frager et Renan Luce), la petite pile brune se jette à corps perdu et sans filet dans son show, alternant comme d’habitude grands moments de délire (Les garçons dans les vestiaires, Ne me demande pas), parenthèses intimistes (Les patineurs, Ça s’peut pas) et instants lourds de colère rentrée sur un Bien mérité vibrant et incandescent.

Sa capacité à changer de registre au quart de tour est phénoménale, et lui vaut largement le titre (tout à fait personnel, mais je suis ici chez moi) de meilleure chanteuse française contemporaine, en digne cousine pas si éloignée de Björk. D’ailleurs, elle l’affirme haut et fort : "je suis une icône, c’est l’album de la maturitude, je vais essayer des trucs, c’est l’icône attitude". En une petite heure, elle trouve le moyen de mettre le public dans sa poche, bien aidé par un quator de musiciens à la hauteur [1], autant dans l’accompagnement (très travaillé) que dans les chorégraphies.

On passe rapidement sur l’insignifiant Tom Frager, dont le reggae (en français et en anglais) est remarquablement dépourvu de toute créativité, à l’image d’un jeu de scène inexistant. Quand Renan Luce monte sur scène, la nuit est complètement tombée, la température aussi, les cigales sont allées se coucher et finalement, elles ne manquent pas grand chose : ce que le Renan fait encore de mieux, c’est dans le minimalisme acoustique du Repenti, armé de sa seule guitare. En formation complète, sa voix est quasi-constamment couverte par un accompagnement bien peu subtil dont l’objectif premier semble être la chasse aux décibels.

Conclusion : Heureusement qu’il y avait Clarika, et le cadre superbe de la côte méditerranéenne de nuit, sous les étoiles.

Source


confused scratch

_________________

Photos par Le Hiboo
avatar
Janis
Admin

Messages : 1587
Date d'inscription : 07/11/2009
Age : 29
Localisation : Aube (10)

Voir le profil de l'utilisateur http://renanluce-leforum.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Articles internet Juillet-Août-Septembre 2010

Message par Baptiste le Mar 20 Juil - 8:52

Merci Janis, no comment, c'est du n'importe quoi ce qu'il dit ! Evil or Very Mad
avatar
Baptiste

Messages : 297
Date d'inscription : 01/03/2010
Age : 30
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur http://renanluce.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Articles internet Juillet-Août-Septembre 2010

Message par Janis le Mar 20 Juil - 10:54

Renan Luce : "“La scène, c’est carrément un bonheur, mais aussi un petit vertige face à l’inconnu...”

Dur rêveur - Révélé en 2007 par l’album Repenti écoulé à 800 000 exemplaires, Renan Luce présente sur scène Le Clan des Miros, un second disque toujours espiègle mais poli, entre humour et nostalgie, avec une musicalité plus affirmée. Rencontre d’un forcené du live qui tourne hiver comme été.

Comment avez-vous vécu votre succès assez fulgurant ?
Les deux ans où les choses se sont emballées, j’étais sur la route à faire plus de 200 concerts, en restant bien centré sur chacun, et heureusement que je n’avais pas le temps de penser à tout ça. Et quand j’ai arrêté de tourner, j’ai quasiment enchaîné avec le nouvel album, en voulant rester investi, minutieux, sans me préoccuper du fait que le 1er avait marché. Je me considère avant tout comme un artisan qui fait son métier, et c’est l’image que je voudrais qu’on garde. Qu’on s’intéresse à ce que je fais, et comment je le fais, plutôt qu’à ce que je suis !

Le Clan des Miros affiche une musique et un son plus affermis.
Oui, parce que c’est d’abord des envies de musique qui ont nourri ma manière de travailler, avant même l’écriture des textes : trouver des mélodies plus fines, plus riches, aborder certaines couleurs et tels types d’arrangements, rechercher aussi un grain et une dynamique sonores plus personnalisés. Avec mes musiciens, qui sont les mêmes en studio que sur scène, on a privilégié le “jouage” : on s’est lâché à l’instinct en faisant tourner des morceaux plus longtemps que nécessaire, et en laissant la place à l’improvisation, pour finalement garder des petits bouts de tout ça... J’étais en confiance car c’est d’abord une histoire d’amitié, on se connaît bien et on a un dialogue musical direct, avec des évidences. On est un clan !

Comment procédez-vous pour l’écriture des textes ?
J’écris rarement une chanson en une journée, d’un seul jet... Je fais souvent un couplet ou deux, j’arrête car je ne vois pas trop où aller, je laisse un peu mûrir, je reprends... Et c’est un plaisir en solitaire que je garde jalousement ! Je peaufine mes textes, mes mélodies, mes histoires et le partage vient ensuite en studio avec les musiciens, et parfois avant, avec des amis.Mais après la tournée précédente j’ai eu du mal à me remettre à écrire, il me fallait changer d’état d’esprit : en tournée on est très centré sur soi, on pense beaucoup à son spectacle du soir, à celui de la veille, à sa voix etc, alors que pour écrire il faut plutôt être ouvert sur l’extérieur.

Est-ce que ces textes sont autobiographiques ?
En partie, mais les thèmes relèvent plutôt du fantasme, des choses que j’aimerais vivre, des gens que j’aimerais rencontrer : une auto-stoppeuse mystérieuse, une bande de voyous, un fou qui se balade dans Paris... Et comme dans la vraie vie, il y a toujours une fille au milieu ! Mais pour moi l’amour n’est pas un thème forcé ou régulier.

Votre nouvel album contient également un extrait de la bande originale du film “Le petit Nicolas”... Un mot sur ce travail ?
L’équipe du film m’a proposé d’écrire une chanson pour le générique de fin et ça faisait écho à beaucoup de choses, déjà parce qu’enfant j’ai beaucoup lu Le petit Nicolas, et ensuite parce que l’enfance est un thème que j’aime bien aborder dans mes chansons, mais plutôt en le saupoudrant ici et là ; cette BO était donc une occasion de l’aborder plus frontalement, et de réfléchir surtout à mes propres souvenirs d’enfant, quand j’étais à la campagne, avec mon vélo, une bande de copains, les cabanes, la douceur de vivre de cette époque-là, l’insouciance... Je n’ai pas voulu complètement coller au Petit Nicolas, même si j’ai choisi un thème qui est aussi celui du livre : les bêtises !

Vous tournez beaucoup. Parlez-nous de votre rapport à la scène.
La scène c’est carrément un bonheur mais aussi un petit vertige face à l’inconnu. Juste avant un concert je suis en état d’excitation, mais j’ai aussi pas mal de doutes, des questions sur l’attitude du public, la mienne, celle du groupe. Des choses inmaîtrisables, oubliées une fois sur scène, mais qui reviennent chaque jour ! Dans ces cas-là j’ai donc plutôt besoin de partager la tension en équipe. Je pense aussi que le public peut tout à fait découvrir de nouvelles chansons par la scène et j’ai tourné avec les chansons du second album avant sa sortie, comme pour le premier. Je voulais revivre ça, mais aussi retrouver le travail en équipe, les joies du bus... On a commencé par des clubs mythiques, type le Rockstore à Montpellier : j’adore ces lieux bouillonnants, souvent en centre-ville. On a ce tissu assez magique en France, des salles de qualité avec des équipes formidables, un bon accueil et le public y est très attaché ! Je ne sais pas si c’est le cas ailleurs. Puis on a enchaîné avec des salles type Zénith car le public a suivi, et maintenant avec des festivals d’été.


■ Propos exclusifs recueillis par Jean-Yves Basty

Source

_________________

Photos par Le Hiboo
avatar
Janis
Admin

Messages : 1587
Date d'inscription : 07/11/2009
Age : 29
Localisation : Aube (10)

Voir le profil de l'utilisateur http://renanluce-leforum.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Articles internet Juillet-Août-Septembre 2010

Message par Dom le Mar 20 Juil - 14:51

Janis a écrit:
Quand Renan Luce monte sur scène, la nuit est complètement tombée, la température aussi, les cigales sont allées se coucher et finalement, elles ne manquent pas grand chose : ce que le Renan fait encore de mieux, c’est dans le minimalisme acoustique du Repenti, armé de sa seule guitare. En formation complète, sa voix est quasi-constamment couverte par un accompagnement bien peu subtil dont l’objectif premier semble être la chasse aux décibels.


???? Evil or Very Mad
avatar
Dom

Messages : 456
Date d'inscription : 11/11/2009
Age : 56
Localisation : 10

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Articles internet Juillet-Août-Septembre 2010

Message par Agnès le Mar 20 Juil - 17:14

Que c'est beau ... On s'y croirait !
avatar
Agnès

Messages : 634
Date d'inscription : 11/11/2009
Localisation : Région parisienne

Voir le profil de l'utilisateur http://deluz-doubs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Articles internet Juillet-Août-Septembre 2010

Message par Janis le Mer 21 Juil - 10:23

«JE SAIS QUE JE N’AI PAS UNE GRANDE VOIX»

Digne héritier de Brassens, avec sa plume enjouée et sa dérision, gendre de Renaud à la ville, Renan Luce, 30 ans, est un homme heureux, mais discret. Il s’est laissé approcher avant son passage dimanche à Paléo.


Par Blaise Calame - Mis en ligne le 20.07.2010


Derrière sa loge du Festilac d’Aix-les-Bains, Renan Luce joue avec l’objectif de l’appareil photo, qu’il déclenche lui-même.

Rares sont les artistes français à pouvoir s’enorgueillir de vendre aujourd’hui plus d’un million de disques. Renan Luce est de ceux-là. Ses albums Repenti et Le clan des miros (distr. Universal Music), portés par de savoureuses chansons telle La lettre, l’ont imposé auprès du grand public, qui le réclame partout. A Aix-les-Bains, où nous l’avons rejoint, Renan Luce se dit fatigué, mais il a de la générosité à revendre. Il le démontrera une fois encore sur scène.

Quel rapport entretenez-vous avec votre voix?
Je crois que je me suis habitué, depuis le temps. Je reste tout de même assez critique. Je sais que je n’ai pas une grande voix. J’essaie seulement de faire passer certaines émotions.

Vous rappelez-vous la première fois où vous vous êtes entendu à la radio?
Non. Je connais bien ma voix, parce que, petit, je m’amusais à m’enregistrer avec mon frère. J’ai toujours fait ça.

Dans une interview, vous disiez, à propos de vos débuts: «Il n’y avait pas besoin de devenir Johnny pour faire de la chanson.» Comme si ce constat vous avait rassuré…
C’était plus par rapport à la scène. Moi, j’aime bien la simplicité, qu’il n’y ait pas spécialement besoin d’artifices pour offrir un spectacle, pour faire passer des choses. On peut faire simplement, ça marche aussi.

Votre succès a été fulgurant. Comment vivez-vous cette notoriété nouvelle?
Franchement, ça va. Je ne suis pas à plaindre. Les gens me témoignent plutôt de la sympathie quand je les croise dans la rue. On ne m’embête pas. J’ai quand même beaucoup de chance.

Vous vivez votre vie rêvée?
Oui, même si ce n’est jamais exactement comme dans un rêve, puisqu’il y a les doutes et des choses qu’on attendait pas. Sur le papier, j’ai néanmoins effectivement réussi ce que je voulais faire. Il n’en reste pas moins des domaines dans lesquels je veux maintenant progresser, des choses qui m’angoissent, qui me stressent, bref ce n’est jamais parfait. Ce serait trop simple.

Le succès amène l’argent. Vous semblez pourtant être resté quelqu’un de simple, non?
(Il rit.) Oui, habillé comme un clodo!

Qu’est-ce que vous faites de votre argent?
Je ne m’en occupe pas trop. Je m’en sers surtout pour nourrir ma passion de la musique. Là, je suis en train de construire un studio d’enregistrement chez moi, ça se fait petit à petit. J’aurai ainsi mon propre laboratoire, pour essayer des trucs que je n’ai pas trop l’habitude de faire, sans qu’il y ait d’autres oreilles, seul.

Pas de châteaux en Espagne?
Non, je n’ai pas de rêves de propriété. Je suis quelqu’un de plutôt prudent. Je ne suis d’ailleurs ni milliardaire ni même millionnaire; donc l’argent, je le laisse dans un coin et je l’utilise pour des trucs qui me passionnent vraiment.

N’avez-vous pas acquis une maison dans le Finistère?
Si, une vieille bicoque. C’est une petite maison sans prétention, pas du tout un palace, mais l’endroit est cool. Il s’agit de la région où j’ai grandi. J’ai trouvé cette maison par petite annonce, comme tout le monde.

Bien que né à Paris, vous vous sentez du Nord, n’est-ce pas?
Oui, mais en réalité j’avais 1 mois lorsque je suis arrivé à Morlaix avec mes parents. Je me sens donc de là-bas. Maintenant, c’est vrai que ça m’a rattrapé il y a deux ou trois ans, j’ai ressenti le besoin d’y avoir un pied-à-terre.

Pourquoi, parce que les gens du Nord ont quelque chose de plus que les autres?
Je ne sais pas si c’est pour les gens, non, c’est plutôt pour moi. Je m’y sens chez moi, c’est là que j’ai grandi. Franchement, ça ne va pas plus loin. J’y suis bien.

On dit volontiers que les gens du Nord sont assez secrets, mais que lorsqu’ils vous adoptent, c’est inconditionnellement. Vrai?
Oui, c’est vrai. Il y a une sorte de sympathie qui vient avec le temps et qui est peut-être plus forte qu’ailleurs, je ne sais pas.

Votre mère, qui était institutrice, écoutait-elle de la musique à la maison?
Ouais, mon père et ma mère en écoutaient beaucoup, de la chanson française surtout.

Que faisait votre père?
Médecin. Il exerce toujours.

Y a-t-il eu une forme de rivalité entre votre frère Damien, devenu un grand pianiste, et vous-même?
Franchement non. Il a commencé un an avant moi. De mon côté, je me suis efforcé de suivre. Lui, c’était sa passion, moi j’en avais d’autres. Lui était très assidu, très travailleur, moi pas.

Quel type de rapport entretenez-vous aujourd’hui avec Renaud, votre beau-père?
(Evasif.) Je n’ai pas grand-chose à en dire. C’est un rapport très simple, qui ne tourne pas autour du travail. Je le vois assez peu en ce moment… Notre relation se nourrit de beaucoup d’affection, en tout cas je l’espère, de sa part. De la mienne, c’est certain, ne serait-ce que parce qu’il est le père de ma femme.

Est-il vrai que Renaud a été l’un des premiers à venir vous applaudir en concert?
Oui. Il est souvent venu dans le tout petit théâtre parisien où j’ai fait mes débuts. Il est venu dans les loges, il m’a félicité. On a gardé contact. Par la suite, il est revenu me voir, lorsque j’ai joué à la Cigale. Il m’a donné un vrai coup de main psychologique! Savoir que quelqu’un qu’on admire vous soutient, ce n’est pas rien.

Sans briser de secret d’alcôve, avez-vous rencontré Lolita Séchan, sa fille, devenue votre épouse, lors d’une de ces visites en coulisses?
Ouais, c’est exactement ça.

Le 31 juillet 2009, vous n’avez pu empêcher la médiatisation de votre mariage, à Paris. Cela vous a-t-il agacé?
Ah mais vraiment! On avait pourtant tout fait pour que cela se sache le moins et le plus tard possible.

Vous ne semblez pas très bien vivre cet aspect-là de la célébrité, le reconnaissez-vous?
Oui, parce que ce sont des moments qu’on a envie de partager juste avec ses proches. Moi, je trouve ça toujours un peu décalé d’afficher, comme ça, son bonheur. Je ne lis jamais les magazines people, je ne vois vraiment pas pourquoi j’aurais envie d’y être. Je trouve cela gênant. Je ne suis pas du tout à l’aise avec ça.

On dit de vos chansons qu’elles sont souvent construites comme de petits scénarios. Quel est le cinéma que vous aimez?
J’ai des goûts assez variés. Sans être un cinéphile incollable, je vais très souvent au cinéma. J’ai plein de films-cultes: des films de Mafia, les films de Sautet, le cinéma français des années 70, ou des trucs plus récents, comme le cinéma indépendant américain de ces dix dernières années.

Etonnamment, le cinéma de Sautet semble assez proche de votre univers musical.
Peut-être, mais c’est certainement involontaire.

Ce lien vous flatte-t-il?
Oui. En tout cas, c’est un cinéma que j’aime bien, parce qu’il est fin, assez simple et sans artifices. J’aime bien ça.

Vous semblez un garçon très posé, très calme. Renan Luce n’aurait-il aucun vice?
Des vices? Ouais, bien sûr que j’en ai. (Il allume une cigarette.)

Vous buvez de l’alcool?
Oui, mais, très franchement, ce ne sont que des vices contrôlés. Je peux picoler et faire la fête, mais comme tout le monde, genre en tournée, quand on part. Là, il n’y a plus de limites, mais ça fait partie du principe.

Avez-vous été un adolescent exemplaire et sage?
Non, j’ai voulu aller au bout des choses. Quand on est ado, on a qu’une envie, c’est de se sentir un peu libre, donc de faire les conneries qu’on peut faire à cet âge-là. Je les ai faites, toutes ces conneries!

Quand on vous décrit physiquement, on évoque votre air rêveur, mal réveillé. Apparemment, pourtant, vous êtes réellement confronté à un problème d’insomnie, n’est-ce pas?
Oui, ça va, ça vient. Je ne dors pas souvent profondément. En ce moment, par exemple, je dors moyennement. Je m’endors assez vite, parce que, en général, je me couche tard et que je suis bien crevé, mais je me réveille en sueur, sans aucune raison, et là je mets des plombes à me rendormir. La tête part dans toutes les directions!

Etes-vous un gros rêveur?
Je ne me souviens jamais de mes rêves.

Ce sont plutôt des rêves ou des cauchemars?
Je fais plutôt des rêves étranges. Des rêves bizarres, mais pas des trucs qui font peur.

Que manque-t-il à votre bonheur, aujourd’hui?
Ce qui manque à mon bonheur? (Il réfléchit.) Un peu moins de doutes, un peu plus de sérénité.

L’apanage de tous les artistes, non?
Si, et ça vaut sans doute mieux que d’être un imbécile heureux.

--------------------------------------------------------------------------------

LUCE EN LUMIÈRE
EN 3 SECRETS


Un vice caché?
S’il est caché, par définition... Non, franchement, j’ai un jardin secret, mais c’est plus un truc de rêverie intérieure. J’aime prendre le temps de ne rien faire et juste d’imaginer des choses.

Un refuge à l’abri du monde?
J’ai un peu ce rêve, parfois, du cabanon perdu. Je choisirais l’Asie, je crois, un endroit un peu désertique, comme les montagnes du Vietnam. La plage, les îles, moi, ça me déprime!

Un péché gourmand?
Je dirai les crêpes, concoctées à ma façon, avec un peu de rhum et de zeste d’orange. Très Breton sur ce coup-là!


Source

_________________

Photos par Le Hiboo
avatar
Janis
Admin

Messages : 1587
Date d'inscription : 07/11/2009
Age : 29
Localisation : Aube (10)

Voir le profil de l'utilisateur http://renanluce-leforum.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Articles internet Juillet-Août-Septembre 2010

Message par Janis le Mer 21 Juil - 10:25

Janis a écrit:
Quand on vous décrit physiquement, on évoque votre air rêveur, mal réveillé. Apparemment, pourtant, vous êtes réellement confronté à un problème d’insomnie, n’est-ce pas?
Oui, ça va, ça vient. Je ne dors pas souvent profondément. En ce moment, par exemple, je dors moyennement. Je m’endors assez vite, parce que, en général, je me couche tard et que je suis bien crevé, mais je me réveille en sueur, sans aucune raison, et là je mets des plombes à me rendormir. La tête part dans toutes les directions!

chat chaton

Sympa cette interview non?

_________________

Photos par Le Hiboo
avatar
Janis
Admin

Messages : 1587
Date d'inscription : 07/11/2009
Age : 29
Localisation : Aube (10)

Voir le profil de l'utilisateur http://renanluce-leforum.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Articles internet Juillet-Août-Septembre 2010

Message par Agnès le Mer 21 Juil - 12:05

Oui, très sympa et bien ficelée. bravo au journaliste.
avatar
Agnès

Messages : 634
Date d'inscription : 11/11/2009
Localisation : Région parisienne

Voir le profil de l'utilisateur http://deluz-doubs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Articles internet Juillet-Août-Septembre 2010

Message par Janis le Mer 21 Juil - 15:30

Renan Luce est ce soir en concert à Calypso à 20 h 45 pour le festival de la Côte d'Opale
« Que le public fasse partie du spectacle »

mercredi 21.07.2010, 14:00

Toutes ses chansons sont des tubes. Croquant des scènes de la vie quotidienne ou imaginaires, Renan Luce emmènera le public dans son univers ce soir à Calais.


C'est votre première visite à Calais ?
« C'est la première fois que je viens à Calais. J'aime le public du Nord, il y a une chaleur particulière, une envie de participer. Ça compte beaucoup que le public fasse partie du spectacle. »

Vous enchaînez les concerts cette année, pas trop fatigué ?
« Oui je fais beaucoup, beaucoup de concerts. C'est différent l'été avec la période des festivals. C'est toujours des rencontres, des ambiances différentes avec le public. Je suis porté par toute une équipe. C'est une petite famille qui s'est créée autour de la tournée. C'est tellement riche et enthousiasmant comme vie. Il est rare de se sentir fatigué. J'ai une grande chance de faire ce que j'aime, de voyager grâce à la musique. »

Chaque chanson nous emmène dans un univers bien particulier, y a-t-il des décors sur scène pour illustrer les chansons ?
« Pour la tournée, on a créé une scénographie particulière qui habille chaque chanson. Mais pour les festivals, la présentation est plus brute, plus intime. Place à la musique ! Sur scène, on retrouve les chansons du premier et du deuxième album. J'aime bien les mélanger. On prend pas mal de libertés par rapport aux arrangements. On aime jouer différemment les chansons. Il y a beaucoup de dynamisme. On cherche des idées pour que ça change aussi pour nous et ne pas faire la même chose tout le temps. »

Quand êtes-vous tombé dans la musique ?
« J'ai découvert le chant quand j'étais petit, à l'école. Pour moi, c'est un moyen de communication où je me retrouve. Le simple fait de chanter a nourri l'envie de faire de la musique. J'ai fait du piano pour suivre mon grand frère qui avait commencé un an plus tôt, puis du saxophone. Aujourd'hui, je touche à plein d'instruments. C'est un plaisir de passer d'un instrument à un autre. Je suis en train d'installer un petit studio chez moi pour avoir mon propre laboratoire pour préparer le troisième album. »

Où en est-il ce troisième album ?
« J'en rêve beaucoup. Pour l'instant, on est sur la route tout le temps. On prendra du temps après. »

Où puisez-vous l'inspiration ?
« Mon point de départ, c'est mon imaginaire, mes rêveries. Depuis mon enfance, j'ai beaucoup d'imagination. Mes rêves nourrissent mon écriture. Les personnages sortent de mon fantasme. C'est aussi agrémenté de mes rencontres, de ce que j'ai vu. Mais je crois beaucoup à l'imaginaire. J'ai toujours aimé raconter des histoires. J'ai commencé à écrire tout petit et plus sérieusement vers 17 ans. Ca fait maintenant 13 ans (rires). Et j'ai vite aimé monter sur scène dans les bars pour raconter des choses, faire voyager les gens. Je me nourris des gens.

Vous imaginiez-vous que chacune de vos chansons soit des tubes ?
« Je m'étonne tous les jours du succès. C'est un métier dans lequel il y a beaucoup de choses que l'on ne maîtrise pas, en particulier le ressenti des gens. J'ai eu la chance d'avoir rapidement des gens à l'écoute de ce que j'ai fait et que ça continue longtemps. »

Propos recueillis par Claire DUHAR

Source



Après avoir aimé Liévin il y a huit jours, Renan Luce revient ce soir à Calais
mercredi 21.07.2010, 11:55 - PAR ALEXIS BÉDU


Après avoir mis le feu le 13 juillet, en concert gratuit, à Liévin, Renan Luce revient dans la région pour le Festival de la Côte d'Opale. Ce soir, à Calais, la Calypso accueille le chanteur breton toujours accompagné de sa guitare. Un vrai charmeur, quoi !

Lors du concert gratuit du 13 juillet, Renan Luce avait conquis le public liévinois. PHOTO DELPHINE PINEAU


Des petits bars rennais à l'Olympia, le chemin est parfois plus court qu'on l'imagine. À 30 ans, Renan Luce est devenu en quatre ans un des plus importants représentants de la chanson française. Sa recette : une voix douce, une guitare sèche qui rappelle les bonnes vieilles chansons de Renaud et un charme fou qui « vous attire le bout des yeux pour mieux vous passer les menottes », comme dirait Higelin dans sa chanson Poil dans la main.
Renan Luce, lui, ne l'a sûrement pas ce poil dans la main. En 2006, il sort son premier album Repenti, qui se vend à près de 800 000 exemplaires et le révèle dans tout l'Hexagone. Le chanteur n'en peut plus de tourner de concert en concert. Mais pendant ce temps, il n'oublie pas de composer. En 2009, il sort un nouvel opus, Le clan des Miros, qu'il jouera ce soir à la Calypso. Sans trop s'avancer, on peut imaginer
qu'il fera également danser le public calaisien sur son tube Les Voisines, véritable hymne dédié à celles que l'on peut observer de la fenêtre de notre chambre. Outre son charme très efficace chez les femmes, Renan Luce, c'est avant tout des chansons bien écrites, auxquelles chacun de nous peut s'identifier. Sa composition On n'est pas à une bêtise près, générique du film Le Petit Nicolas, nous rappelle les « conneries » que l'on faisait étant enfant. Des textes nostalgiques, plein d'ironie et d'humour, voilà de quoi passer une bonne soirée même quand on est un homme.

Sophie Hunger en première partie

La Suissesse Sophie Hunger assurera la première partie du concert. Du folk suisse allemand accompagné par une magnifique voix qui devrait plaire aux fans de Stéphane Eicher.


Source

_________________

Photos par Le Hiboo
avatar
Janis
Admin

Messages : 1587
Date d'inscription : 07/11/2009
Age : 29
Localisation : Aube (10)

Voir le profil de l'utilisateur http://renanluce-leforum.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Articles internet Juillet-Août-Septembre 2010

Message par Dom le Mer 21 Juil - 15:40

Oui très sympa l'interview et la photo aussi cool
avatar
Dom

Messages : 456
Date d'inscription : 11/11/2009
Age : 56
Localisation : 10

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Articles internet Juillet-Août-Septembre 2010

Message par Agnès le Ven 23 Juil - 7:46



FESTIVAL DE LA COTE D'OPALE : UN RENAN LUCE ELECTRIQUE

Si pour vous aussi Renan Luce est un chanteur gentillet, mignonnet avec sa guitare et ses cheveux bien coiffés, méfiez-vous des apparences. ...

Mercredi soir à la Calypso, Renan Luce a présenté un show très rock au public calaisien, reprenant dans des versions (très) électrifiées ses tubes (Les Voisines...).
Les non-initiés ont aimé, et à voir leurs mines ravies, les fans ont adoré.
avatar
Agnès

Messages : 634
Date d'inscription : 11/11/2009
Localisation : Région parisienne

Voir le profil de l'utilisateur http://deluz-doubs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Articles internet Juillet-Août-Septembre 2010

Message par Janis le Sam 24 Juil - 13:42

De la bonne humeur injectée directement dans les veines

Les Francofolies ont commencé un peu plus tôt que d'habitude hier. Le label 30 février organisait un mini concert de trois de leurs talents dans un jardin sur les hauteurs de Spa. Antoine Hénaut fut une belle découverte dont on devrait réentendre parler d'ici peu. Suarez et Saint André ont présenté une poignée de leurs nouveaux titres et dans les deux cas, une seule chose à dire: vivement la sortie de leurs nouveaux disques, prévus pour l'automne.


Renan Luce clôturait les festivités sur la scène Pierre Rapsat: un set simple, joyeux, super efficace

Renan Luce clôturait les festivités sur la grande scène. Aussi étonnant que cela puisse paraître, c'était bien lui la tête d'affiche et non Alain Souchon. La valeur n'attend donc pas le nombre des années de carrière... Dans l'après-midi, Renan souriait: "chacun son tour!"

Quinze ans après son premier passage aux Francos, Alain Souchon enflammait Spa. Tubes après tubes (Parachutes dorées, Foule sentimentale, C'est déjà ça...), il mit Spa de terriblement bonne humeur. Notamment grâce à ses interventions entre les chansons. Souchon est un marrant, qui parle des stars en Une de Closer en soulignant que "personne ne sait qui c'est", et un intelligent, quand il décide de transformer son spectacle en karaoké géant avec les paroles des morceaux défilant sur les grands écrans de part et d'autre de la scène.

Alors que Souchon terminait son set chaloupé, une grosse drache bien de chez nous trempait Spa. "Je savais que c'était une ville d'eau, mais à ce point", souriait Renan Luce, ravi de constater que la pluie ne calmait pas les ardeurs de la foule. On a en tout cas compris pourquoi Renan Luce et Alain Souchon étaient programmés sur la même scène: ils injectent de la bonne humeur directement dans les veines! Même avec une chanson comme Monsieur Marcel, qui parle quand même d'un fossoyeur et n'est donc pas très joyeuse, c'est joyeux quand même!

Renan a tout cas prouvé qu'il n'avait plus rien du Timide anonyme qu'il devait être dans son adolescence. "On ne l'est plus vraiment vu la soirée qu'on a passée chez vous hier. Parfois on ferait bien de l'être d'ailleurs..." Et d'enchaîner avec La fille de la bande. On eu droit encore à Repenti en rappel, Nantes et une version plus que sautillante de La lettre. Renan s'est effacé avec un sourire jusqu'aux oreilles après une reprise de Laisse tomber les filles qui nous a définitivement réveillés pour le reste de la nuit.

Sébastien Cools et Déborah Laurent

[Je n'ai copié qu'une partie de l'article]

Source



La scène principale des Francos pour Renan Luce


Hier soir, le jeune Renan Luce a eu l'honneur de clôturer la 3e journée des Francos. Il revient trois ans après sa première apparition. Le public attendait avec impatience son 2e album vu le carton du 1er.

Trois ans après une prestation discrète au village francofou, Renan Luce débarque sur la scène principale des Francos. Au programme de son concert, les plus gros titres de son tout premier album mais également les nouveau titres de son dernier album "Le clan des Miros". Malgré un public de toutes les tranches d'âges, le courant est très bien passé et sa toute première apparition sur la scène Pierre rapsat n'est pas passée inaperçue.

Ecoutez son interview ici.

B. Alié.

Source


Renan Luce en haut de l’affiche


Il était venu il y a trois ans aux Francos, il était à peine connu. Deux albums et deux titres célèbres plus tard, Renan Luce passe en tête d’affiche, après Alain Souchon. En conférence de presse, le chanteur breton évoque son irrésistible ascension et le plaisir qu’il a à être à Spa. Il était au concert de Jacques Dutronc jeudi. A la question de savoir quel groupe de musique présent aux Francos lui plaît, il répond sans hésiter Eté 67, confiant même avoir été “presque jaloux” du duo de Nicolas Michaux et Jacques Dutronc jeudi. De l’un et de l’autre!

Source [Là il y a un petit bout de conf de presse à aller écouter]



Renan Luce: “Je me suis couché trop tard!” (VIDEO)

Renan Luce a profité de son petit séjour à Spa pour se détendre avec son groupe


SPA Accessible – il n’a pas cessé de poser avec les jeunes filles en rue ou de signer des autographes – Renan Luce représente tout ce que les journalistes adorent : un artiste doué qui répond avec humour et sincérité aux questions et qui, malgré sa notoriété, a su garder la fraîcheur qui le caractérise.

Vous avez assisté au concert de Jacques Dutronc jeudi soir. À quoi pensez-vous quand vous le voyez sur scène ?

“Je me dis que j’aimerais être à sa place et assurer comme il le fait à son âge ! J’ai passé une excellente journée à passer de scène en scène, d’un univers à un autre.”

Avez-vous fait des découvertes ?

“Pour être honnête, nous avons rapidement terminé dans un petit troquet à boire des verres !”

Cela ne vous fait pas bizarre de passer après Alain Souchon en tête d’affiche !

“Bizarre, non, il y a quelque temps, je passais juste avant. Les temps changent. Chacun son tour. J’ai toujours beaucoup de plaisir à le rencontrer et il a toujours un mot amical pour moi.”

Comment vivez-vous la notoriété ?

“Je le vis assez bien même si hier, en me promenant dans les rues, je me suis rendu compte que ce n’était pas toujours facile de mener une vie normale. Mais je me force à le faire car je n’ai pas envie de passer ma journée dans un hôtel.”

Quelle est la dernière bêtise que vous ayez faite ?

“Jeudi soir en me couchant beaucoup trop tard ! Quand j’étais enfant, je n’étais pas non plus un sale garnement. J’ai grandi à la campagne donc j’étais très libre de faire toutes les bêtises que je voulais. Mais je n’ai rien fait de croustillant.”

Lors de vos concerts, avez-vous un moment préféré, un titre que vous affectionnez particulièrement ?

“J’apprécie beaucoup le moment où je chante Repenti seul avec ma guitare. C’est souvent un moment émouvant. Quand j’arrive à bien la chanter, j’aime aussi Le clan des miros.”


Source [Là il y a une vidéo à aller voir]



Renan Luce : « À Spa ? On n'est pas à une bêtise près ! »

SPA - « Les gens sont (francos) fous » pour le festivalier Renan Luce qui, rien qu'en chanson, « Laisse tomber les filles » !


Renan Luce a pris un grand bol d'air francofou à Spa. Et un fameux même ! Quand d'autres artistes snobent, parfois plus qu'il ne faut, la ville-étape dans laquelle ils font escale, lui a quasi fait une... tournée de la Perle des Ardennes ! Attention, même si On n'est pas à une bêtise près, il n'a pas été (trop) question de tournée des grands ducs. Il s'est montré enfant relativement sage de la chanson française, on ne l'a en tout cas pas vu comme le petit Nicolas... Michaux à l'after-party (quasi) jusqu'au bout de la nuit. À tout le moins très proche du Il est 5 heures, Spa s'éveille... et à pourtant sommeil ! Il est vrai que l'Été 67 avait déjà brillé sur les planches, y compris en guest star de Jacques Dutronc au point de rendre le Breton « presque jaloux de... Dutronc ! », et que le Liégeois pouvait décompresser, ce qui n'était pas le cas (encore) de Renan Luce. Ainsi, après un petit tour au Village Francofou et l'audition en fan d'Été 67 sur l'esplanade de l'hôtel de Ville, on l'a vu furtivement au Lido déguster Sexy Sushi. « Après on est allé voir Dutronc en pleine sérénité... » Il a bon appétit le « petit » puisque entre les coups il s'est offert des moules provençales frites avec une douzaine de potes. Tout bénéfice pour « La Brasserie des Thermes » du trio Costanza et sa réputation. Plus encore pour Anastasia Demaret, « serveuse venue de France, de Longwy, pour les Francos », qui a bénéficié de sa gentillesse du tonnerre de Brest. « Je l'adore, sinon je n'aurais pas fait une photo avec lui... » confie vendredi après-midi la jeune femme les yeux toujours pétillants de la rencontre de la veille. « Il est vraiment très très très gentil et agréable avec tout le monde. Il reste simple malgré son succès. S'il avait pu me chanter La Lettre ou Mes voisins, mes voisines... » Et pourtant, à propos de sa popularité, il concédait, peu avant son concert, s'être « rendu compte qu'il n'est pas toujours facile de mener une vie normale » au lendemain « d'une belle journée passée de scène en scène car je n'ai pas souvent l'occasion de vivre comme un festivalier... » De quoi comprendre sa francofolle bêtise avouée, « on s'est couché beaucoup trop tard » car « on s'est arrêté dans quelques troquets... »

Source

_________________

Photos par Le Hiboo
avatar
Janis
Admin

Messages : 1587
Date d'inscription : 07/11/2009
Age : 29
Localisation : Aube (10)

Voir le profil de l'utilisateur http://renanluce-leforum.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Articles internet Juillet-Août-Septembre 2010

Message par Dom le Sam 24 Juil - 14:12

cool
avatar
Dom

Messages : 456
Date d'inscription : 11/11/2009
Age : 56
Localisation : 10

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Articles internet Juillet-Août-Septembre 2010

Message par Agnès le Sam 24 Juil - 16:35

Toutes les critiques sont excellentes, bravo.
avatar
Agnès

Messages : 634
Date d'inscription : 11/11/2009
Localisation : Région parisienne

Voir le profil de l'utilisateur http://deluz-doubs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Articles internet Juillet-Août-Septembre 2010

Message par bountyceline le Dim 25 Juil - 11:35

OOOOOouuuuuuééééééé!!!!!!! Bravo Renan, j'ai hâte que tu vienne à Bruxelles ^^,
avatar
bountyceline

Messages : 308
Date d'inscription : 23/01/2010
Age : 23
Localisation : Soignies

Voir le profil de l'utilisateur http://renan-celine.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Articles internet Juillet-Août-Septembre 2010

Message par Janis le Dim 25 Juil - 12:13

Renan Luce en toute simplicité

Tête d'affiche du vendredi soir, Renan Luce faisait déjà la fête jeudi soir en compagnie des festivaliers, avant d'aller voir Jacques Dutronc. L'interprète de La Lettre a été charmé par Spa, ses terrasses et son ambiance. Après avoir joué sur la scène Fnac en 2007, Renan Luce était sur la même scène qu'Alain Souchon, pour clotûrer la soirée de ce vendredi.


Le bilan de ce deuxième album?
C'est difficile d'avoir du recul sur tout ça. Par rapport au premier album, j'ai plus d'expériences, l'expérience de jouer avec des musiciens professionnels aussi. Avant, quand je faisais des concerts, c'était tout seul dans des bistrots. Tout ça a changé ma manière de composer, d'envisager des arrangements, les sujets que j'aborde.

En 2007, l'après-midi au village Francofou et aujourd'hui en tête d'affiche de la Rapsat...
J'ai un excellent souvenir de cette scène Fnac il y a trois ans. La sensation n'est pas si différente de jouer sur une scène plus petite. Les impressions sont les mêmes que sur une grande scène. On raconte nos histoires aux gens de la même manière.

Vous partagez la scène avec Alain Souchon ce soir...
J'ai eu beaucoup de plaisir à le rencontrer. Il est vraiment charmant. Il a toujours un petit mot amical pour moi, c'est très agréable.

Le deuxième album était fort attendu, est-ce que c'était une pression supplémentaire?
Je ne sais pas s'il y avait réellement une pression. J'ai l'impression que ça s'est assez bien passé. Mais on ne sait jamais quelles sont les attentes du public. Sans le vouloir, on cherche ce qu'on avait sur l'album précédent. C'est assez compliqué un deuxième album. Après la composition des premiers titres, ça s'est débloqué et je n'y ai plus réfléchi.

Vous avez participé à la B.O. du Petit Nicolas...
J'étais heureux qu'on me le propose. Ce sont des livres que j'ai beaucoup lu étant enfant. J'ai beaucoup de souvenirs liés à ce livre là. En plus, j'étais en pleine écriture du deuxième album donc c'est comme si on me donnait un thème de chanson. L'enfance, c'est un thème que j'aime bien aborder et que je fais souvent par petites touches. Là, c'était l'occasion de le faire de manière plus frontale.

Un artiste avec qui vous auriez aimé jouer à ces Francos?
J'aime beaucoup Ete 67. Quand ils ont joué avec Dutronc jeudi, j'étais presque jaloux.

A 30 ans, deux albums, le succès et de nombreuses têtes d'affiches. Qu'est-ce qui vous manque?
Un troisième album (rires). J'ai très envie de prendre le temps de le faire, d'aller plus loin que mes deux premiers albums, chercher de nouvelles choses, essayer des choses que je n'osais pas jusqu'ici.

Le cinéma, ça ne vous tente pas?
Je n'aime pas la manie qu'ont les chanteurs de faire du cinéma. C'est pas dans mes projets en tout cas.

Maïlys Charlier

Source

_________________

Photos par Le Hiboo
avatar
Janis
Admin

Messages : 1587
Date d'inscription : 07/11/2009
Age : 29
Localisation : Aube (10)

Voir le profil de l'utilisateur http://renanluce-leforum.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Articles internet Juillet-Août-Septembre 2010

Message par bountyceline le Dim 25 Juil - 18:22

Merci encore pour cette interview on dirait que renan n'est pas passé inaperçu à Spa
avatar
bountyceline

Messages : 308
Date d'inscription : 23/01/2010
Age : 23
Localisation : Soignies

Voir le profil de l'utilisateur http://renan-celine.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Articles internet Juillet-Août-Septembre 2010

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum